Attentat de Barcelone : 120 bonbonnes de gaz retrouvées ; la Sagrada Família était visée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Attentat de Barcelone : 120 bonbonnes de gaz retrouvées ; la Sagrada Família était visée
©Josep LAGO / AFP

Grande ampleur

Attentat de Barcelone : 120 bonbonnes de gaz retrouvées ; la Sagrada Família était visée

Les terroristes de Barcelone et Cambril préparaient "un ou plusieurs attentats" à la bombe, selon la police espagnole.

La cellule responsable des attentats en Catalogne auraient pu faire beaucoup plus de dégâts. Les islamistes préparaient "un ou plusieurs attentats" à la bombe, a annoncé la police dimanche, après avoir retrouvé 120 bonbonnes de butane dans une maison à Alcanar, à 200 kilomètres au sud-ouest.

"Nous commençons à voir clairement que c'est le lieu où se préparaient les explosifs pour commettre un ou plusieurs attentats dans la ville de Barcelone", a déclaré le chef de la police de Catalogne, Josep Lluis Trapero. A propos de l'homme soupçonné d'avoir conduit la camionnette faisant plusieurs morts à Barcelone, Younès Abouyaaqoub, le Marocain de 22 ans toujours en fuite, il a ajouté : "Si je savais qu'il est en Espagne et où, nous irions le chercher. Nous ne savons pas où il est". Logique.

L'enquête révèle que le commando de Ripoll avait loué trois camionnettes, laissant penser que trois sites étaient au départ ciblés. "Selon un rapport de la police espagnole, la Sagrada Familia était visée", a indiqué au JDD une source policière française. Cette basilique inachevée accueillechaque année plus de 3 millions de touristes, très exposés dans les files d'attente autour de l'édifice. Des camionnettes bourrées d'explosifs explosant à proximité auraient fait des dizaines de victimes.

Lu dans le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !