Attentat dans une mosquée de Québec : le suspect décrit comme "pro-Israël","pro-Trump", et "anti-immigration" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attentat dans une mosquée de Québec : le suspect décrit comme "pro-Israël","pro-Trump", et "anti-immigration"
©AFP

Profil

Attentat dans une mosquée de Québec : le suspect décrit comme "pro-Israël","pro-Trump", et "anti-immigration"

"Il octroyait régulièrement la mention 'j’aime' aux pages Facebook du nouveau président américain et de Marine Le Pen", croit savoir le journal Le Monde.

Formellement inculpé du meurtre de 6 personnes, dans la nuit du dimanche 29 au lundi 30 janvier, Alexandre Bissonnette est présenté par la presse locale comme un jeune homme "solitaire", dont les idées politiques sont classées "très à droite". Pour l'heure, il n'a ni expliqué ni revendiqué son geste. 

Cet étudiant de 27 ans, qui a grandi dans un quartier aisé de la ville de Québec est présenté comme "solitaire", "introverti", "impopulaire", et n'ayant "pas vraiment d'amis". D'après l'université de Laval où il étudiait, Alexandre Bissonnette suivait un cursus en sciences politiques, après un passage en anthropologie. 

Pendant sa scolarité, "il avait une personnalité anti-sociale", raconte une ancienne camarade de classe, citée par le Journal de Montréal. Surnommé "le méchant" dans son lycée, il avait pour habitude de répondre "avec des insultes", et "traitait les filles de putes". 

Après les faits, Alexandre Bissonnette aurait rapidement contacté les autorités pour les informer sur ses idéaux "très à droite et ultra-nationaliste suprématiste blanc", ajoute Le Journal de Montréal. Depuis plusieurs semaines, "il ne répondait plus au téléphone, ni aux messages Facebook".

Décrit comme "pro-Israël","pro-Trump", et "anti-immigration", "il octroyait régulièrement la mention 'j’aime' aux pages Facebook du nouveau président américain et de Marine Le Pen", explique Le Monde. 

>>>> À lire aussi : Attentat de Berlin : quand les réfugiés syriens, en Allemagne, trouvaient les mosquées locales beaucoup trop radicales

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !