Attaque terroriste à Londres : ce que l'on sait ce jeudi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attaque terroriste à Londres : ce que l'on sait ce jeudi
©DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Le jour d'après

Attaque terroriste à Londres : ce que l'on sait ce jeudi

Une attaque terroriste a fait au moins quatre morts et des dizaines de blessés ce mercredi, près du Parlement britannique. L’assaillait aurait été identifié.

Londres, cible du terrorisme. Ce mercredi, des passants ont été renversés sur le pont de Westminster et des coups de feu ont été entendus aux abords du Parlement britannique dans la capitale anglaise, en début d'après-midi. L'attaque a fait au moins quatre morts, dont un policier, et 40 blessés.

A LIRE AUSSI : Attaque à Londres : au moins quatre morts et quarante blessés près du Parlement britannique, la police évoque un acte terroriste

Que s’est-il passé ?

Mercredi en début d’après-midi, un an jour pour jour après les attaques de Bruxelles, un véhicule 4 × 4 gris sombre de marque Hyundai traverse le pont de Westminster. Il fait alors un écart vers le trottoir où il fauche des piétons. Le véhicule a fini sa course dans les grilles du palais de Westminster, siège du Parlement britannique. Peu après, un homme, identifié par la police comme s'étant inspiré du "terrorisme international", est entré dans l'enceinte du Parlement avec un couteau et a poignardé un policier. L'agresseur a été touché par balle, au moment où il essayait de s’attaquer à un deuxième policier.  Selon le porte-parole de Scotland Yard, il n'y aurait eu qu'un seul assaillant.

Combien de victimes ?

Outre son auteur qui a été tué, l’attaque a fait au moins quatre morts dont un policier. Par ailleurs, le dernier bilan fait état d’au moins 40 blessés. Parmi ces derniers, figurent trois lycéens français. Il s’agit detrois élèves du lycée Saint-Joseph de Concarneau, situé dans le Finistère, qui se trouvaient en voyage scolaire, selon le ministère français des Affaires étrangères. Deux des lycéens blessés sont dans un état grave, selon des sources officielles françaises, mais leur pronostic vital n’est pas engagé. Le ministre des Affaires étrangères français Jean-Marc Ayrault doit venir à Londres jeudi au chevet des Français blessés. Une femme présente sur le pont de Westminster au moment de l'attaque a terminé dans l'eau glacée de la Tamise, sans doute pour échapper à l'assaillant. Elle serait grièvement blessée.

Les réactions

Theresa May a rendu hommage aux victimes, aux secours ainsi qu'aux forces de l'ordre."Le lieu de ces attaques, au cœur de notre capitale, n'est pas accidentel", a-t-elle estimé, un symbole "des valeurs de liberté, de démocratie et de liberté d'expression". Elle a poursuivi : "Toute tentative de faire échec à ces valeurs par la violence et la terreur est vouée à l'échec". Le Parlement doit reprendre ses activités normales dès jeudi matin. De nombreux responsables internationaux ont multiplié les marques de soutien. Les présidents français François Hollande et américain Donald Trump ont appelé Mme May, et la Tour Eiffel a été éteinte à minuit en hommage. La chancelière allemande Angela Merkel a également exprimé son soutien à ses "amis britanniques".

Quelle piste ?

Scotland Yard a rapidement qualifié l’attaque d'"incident terroriste"."L’enquête a été confiée au commandement (de la lutte) antiterroriste", a annoncé un porte-parole de Scotland Yard. L’assaillait aurait été identifié. Les autorités britanniques ont indiqué qu'elles privilégiaient la piste du "terrorisme islamiste". Mark Rowley, commandant de l’unité anti-terrorisme, a indiqué : "Je ne vais pas faire de commentaires sur l’identité de l’assaillant mais nous privilégions la piste du terrorisme islamiste".

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !