Attaque du RER D : une opération de police à Grigny en cours, 12 interpellations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Entre 20 et 30 personnes avaient été attaquées samedi 16 mars vers 22h par une bande de jeunes au visage dissimulé
Entre 20 et 30 personnes avaient été attaquées samedi 16 mars vers 22h  par une bande de jeunes au visage dissimulé
©Reuters

Insécurité

Attaque du RER D : une opération de police à Grigny en cours, 12 interpellations

Une opération de police est en cours à Grigny dans le cadre de l'enquête sur l'attaque du RER D. Une douzaine de personnes ont été interpellées.

Une douzaine de personne ont été interpellées mercredi 27 mars au matin, dans le cadre de l'attaque du RER D qui a eu lieu il y a 11 jours. Entre 20 et 30 personnes avaient été attaquées samedi 16 mars vers 22h  par une bande de jeunes au visage dissimulé dans une rame du RER D stationnée en gare de Grigny-Centre (Essonne). Cet acte avait été qualifié "d'attaque à la diligence" par la presse.

Selon Alain Bauer, criminologue et professeur au Conservatoire des Arts et Métiers et à l'Université de New York, ce genre d'actes est "rarissime mais nous avons déjà pu assister à des évènements similaires." Dans un article publié par Atlantico.fr la semaine dernière, le spécialiste référençait les nombreuses attaques similaires qui étaient arrivées en France dernièrement. "Ainsi l’année dernière, un bus avait été attaqué dans le Nord de la France après avoir été immobilisé sur la route grâce à un tronc d’arbre. Dans un autre registre, le tournage d’un clip de rap avait réussi à bloquer un TGV non loin de Marseille et un autre train faisant la liaison Marseille-Nice avait été attaqué il y a quatre ou cinq ans."

Plus d'informations à suivre très prochainement sur Atlantico.fr

 

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !