Attaque de San Bernardino : le couple de tueurs était radicalisé "depuis un bon moment" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attaque de San Bernardino : le couple de tueurs était radicalisé "depuis un bon moment"
©Reuters

Révélations

Attaque de San Bernardino : le couple de tueurs était radicalisé "depuis un bon moment"

Le FBI possède des preuves que Farook Syed et Tashfeen Malik avaient prémédité cette tuerie, et s'étaient entraînés au tir quelques jours avant le drame.

Pour les enquêteurs, il n'y a plus de doute. Farook Syed, 28 ans, et sa femme Tashfeen Malik, 27 ans, les deux tueurs de a fusillade de San Bernardino qui a provoqué la mort de 14 personnes et blessé 21 autres, étaient des musulmans radicalisés "depuis un bon moment".

"Ils étaient tous deux radicalisés et l'étaient depuis un bon moment", a souligné a affirmé lundi David Bowdich, directeur adjoint du bureau du FBI à Los Angeles. Il a précisé que l'acte aurait été prémédité et préparé. "Nous avons la preuve que les deux personnes se sont exercées au tir, notamment près de Los Angeles, et l'un de ces exercices a été effectué "dans les jours précédant cet événement" survenu mercredi dernier à San Bernardino.

Les forces de l'ordre tentent désormais de comprendre comme ce couple d'origine pakistanaise, qui avait avait un enfant de 6 mois, a pu se radicaliser. "Nous avons quelques indications sur la chronologie, a estimé le responsable du FBI, laissant poindre l'hypothèse d'une autoradicalisation. "La question maintenant est de savoir par qui et où ils se sont radicalisés. Peut-être qu'il n'y a pas de 'par qui'. Souvent cela se fait sur internet".

Interviewé par le journal italien La Stampa, le père de Syed Farook a également affirmé que son fils était "obsédé par Israël" et qu'il était d'accord avec l'idéologie d'Al Baghdadi pour créer l'État islamique.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !