Attaque d'une policière à la Chapelle-sur-Erde : LR et le RN veulent des peines de sûreté pour les profils les plus dangereux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Des fleurs déposées à l'endroit où une policière a été attaquée, près de Nantes.
Des fleurs déposées à l'endroit où une policière a été attaquée, près de Nantes.
©Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Sécurité

Attaque d'une policière à la Chapelle-sur-Erde : LR et le RN veulent des peines de sûreté pour les profils les plus dangereux

L'auteur d'une attaque au couteau dans les locaux de la police municipale de La Chapelle-sur-Erdre, atteint de schizophrénie, était connu pour sa radicalisation.

Au lendemain de l'attaque d'une policière près de Nantes par un islamiste radical, Jordan Bardella, numéro 2 du Rassemblement national, et le député Les Républicains Damien Abad, ont plaidé pour la mise en place de peines de sûreté.

"Il faut voir le débat sur la rétention de sûreté", a déclaré Jordan Bardella sur CNews. Il souhaite que "qand vous avez fini votre peine, on étudie votre dossier médical et les faits pour lesquels vous avez été condamné, et on estime si oui ou non vous présentez un risque pour la société et autrui". Pour lui, "quand vous êtes fiché pour radicalisation et suivi en tant que schizophrène lourd, votre place n’est pas d’être remis en liberté avec un suivi ponctuel qui ne protège pas le reste de la société". Le candidat RN aux élections régionales en Ile-de-France regrette qu'à chaque attaque, "c'est le même profil, des gens fichés, suivis, des multirécidivistes, qui se radicalisent par la case prison" derrière lesquels "on court sans être capables de prendre des mesures préventives."

Invité sur France Inter, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, Damien Abad, a fait la même proposition. "C'est une affaire de plus et une affaire de trop", a déclaré le député de l'Ain. "Trop de personnes sortent de prison alors qu'elles continuent d'être radicalisées" avec un suivi "largement insuffisant", a-t-il déploré. Il a demandé la mise en place de "peines de surêté" ou "des systèmes de bracelets et autres" car "on ne peut pas passer de la prison à la liberté sans aucune étape intermédiaire".

À Lire Aussi

Une vaste étude montre que le narcissisme, la violence et les agressions seraient étroitement liés

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !