Attaque chimique en Syrie : Marine Le Pen estime que le veto russe à l'ONU "pose un problème" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attaque chimique en Syrie : Marine Le Pen estime que le veto russe à l'ONU "pose un problème"
©REUTERS/Carlo Allegri

Précaution

Attaque chimique en Syrie : Marine Le Pen estime que le veto russe à l'ONU "pose un problème"

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont proposé un projet de résolution qui condamne l'attaque du 4 avril et demande au gouvernement syrien de coopérer à l'enquête.

Invitée au micro d'Europe 1 vendredi 14 avril, la présidente du Front national a expliqué vouloir attendre "les résultats d'une enquête internationale indépendante" avant de tirer des conclusions sur l'attaque chimique présumée perpétrée en Syrie le 4 avril dernier, dont le régime de Bachar al-Assad est accusé par la quasi-totalité des pays occidentaux. 

Marine Le Pen estime ainsi que le veto russe contre le texte présenté au Conseil de sécurité de l'ONU par les États-Unis, le Royaume-Uni et la France "pose un problème". Les pays à l'origine de cette résolution affirment que le texte vise à faire "avancer l'enquête" sur l'attaque chimique qui a tué 87 personnes, dont 31 anfants), et demandent la coopération du régime syrien. 

"Comme je ne connais pas les critères qui ont été posés pour la création de l'enquête, je ne peux pas répondre", a ajouté Marine Le Pen. 

>>>> À lire aussi : Syrie, Chine, Otan : les revirements diplomatiques de Trump

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !