Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
©AFP

Enquête

Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo

Ali H. pensait s’être attaqué à des journalistes de l’hebdomadaire satirique, a-t-il expliqué lors de sa garde à vue.

L'enquête sur l'attaque perpétrée ce vendredi 25 septembre à proximité des anciens locaux de Charlie Hebdo avance rapidement. Le suspect d'origine pakistanaise, Ali H., interpellé peu après l'attaque, est immédiatement passé aux aveux lors de sa première audition dans les locaux de la section antiterroriste (SAT) de la brigade criminelle de Paris.

D'après des sources concordantes citées par Le Parisien, l'homme, qui serait né en 2002 à Islamabad, a reconnu être l'auteur de l'attaque et l'a assumée. "Il affirme qu'il pensait être chez Charlie et que les gens qu'il attaquait étaient du journal satirique. Il dit avoir fait des repérages", a déclaré un proche de l'enquête. Il a dit avoir fait des repérages la veille de l'attaque et projetait initialement d'incendier le bâtiment, qui n'abrite plus la rédaction de Charlie Hebdo depuis 2015 - l'adresse du journal satirique est tenue secrète.

Selon Le Parisien, Ali H. "assume une dimension religieuse à son acte" et déclare avoir été "en colère" après avoir vu la republication des caricatures de Mahomet par le magazine. Il n'a néanmoins revendiqué aucune allégeance à Al-Qaïda, qui a proféré de nouvelles menaces à l'encontre du journal satirique pour les caricatures.

Deux employés de Premières Lignes, entreprise de production située dans le quartier, ont été grièvement blessés lors de l'agression mais leurs jours ne sont plus en danger.

Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !