Attaque à la hache à Düsseldorf en Allemagne : sept blessés dont trois grièvement, l'assaillant capturé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Attaque à la hache à Düsseldorf en Allemagne : sept blessés dont trois grièvement, l'assaillant capturé
©

Terreur

Attaque à la hache à Düsseldorf en Allemagne : sept blessés dont trois grièvement, l'assaillant capturé

Le suspect est un homme de 36 ans, souffrant "apparemment de troubles mentaux".

Terreur en Allemagne. Peu avant 20h50 ce jeudi soir, un homme est sorti d'un train de banlieue armé d'une hache et s'en est pris aux voyageurs présents dans la gare centrale de Düsseldorf. Selon un dernier bilan policier, son coup de folie a fait "sept blessés dont trois graves et quatre légers". Les blessés ne "sont pas en danger de mort", a indiqué un responsable.

Le suspect est un homme de 36 ans originaire d'ex-Yougoslavie et souffrant "apparemment de troubles mentaux". Il a été rapidement capturé. D’après les informations des forces de l’ordre, il aurait sauté d’un pont en tentant de fuir et s’est grièvement blessé dans sa chute. Les motifs de cette attaque demeurent, pour l’heure, inconnus. Après avoir annoncé dans un premier temps que l'attaque avait été perpétrée par plusieurs assaillants et annoncé deux arrestations, la police a déclaré que son "hypothèse préliminaire est que l'auteur a agi seul".

L’Allemagne est en état d’alerte face à la menace des attentats, ayant souffert de diverses attaques lors des derniers mois. En décembre 2016, un attentat au camion-bélier revendiqué par l’organisation de l'État islamique avait fait 12 morts à Berlin. Outre cette attaque, le goupe djihadiste a revendiqué en 2016 un meurtre à Hambourg, un attentat à la bombe et une attaque à la hache.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !