Athènes : émeute après l'organisation d'une "soupe populaire raciste" par le parti d'extrême-droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Athènes : émeute après l'organisation d'une "soupe populaire raciste" par le parti d'extrême-droite
©Reuters

Austère distribution

Athènes : émeute après l'organisation d'une "soupe populaire raciste" par le parti d'extrême-droite

Le maire de la ville, George Kaminis, s'est d'ailleurs empressé de dénoncer cette "soupe populaire" la qualifiant dans un communiqué d'"arbitraire, raciste et illégale".

Le parti grec d'extrême-droite Aube dorée fait encore des siennes. Des militants du parti extrémiste ont en effet organisé jeudi à Athènes une distribution de "soupe populaire" pour les plus démunis. Jusque-là rien de bien méchant. Mais la particularité de cette "soupe populaire" est qu'elle était réservée exclusivement aux Grecs. Pour pouvoir bénéficier d'une portion de nourriture composée d'œufs, de pain et de viande d'agneau, les personnes devaient en effet présenter leur carte d'identité afin de montrer qu'ils n'étaient pas immigrés.

La pratique n'a pas manqué de soulever un tollé dans la capitale grecque. Le maire de la ville, George Kaminis, s'est d'ailleurs empressé de dénoncer cette "soupe populaire" la qualifiant dans un communiqué d'"arbitraire, raciste et illégale".

Le maire d'Athènes avait ainsi assuré qu'il prendrait "toute mesure adéquate" pour empêcher la tenue de cette "soupe populaire raciste". Des policiers se tenaient donc à l'emplacement de la manifestation place Syntagma en contrebas du Parlement dans le centre-ville. George Kaminis avait ainsi expliqué que "la place Syntagma a une valeur symbolique pour la démocratie".

Les militants extrémistes n'ont pas apprécié les mesures prises par le maire et ont à leur tour décidé de le faire savoir, mais par la violence cette fois. Ils ont ainsi chargé les forces de l'ordre armés de hampes de drapeaux. Pour les disperser, les policiers ont dû répondre avec des gaz lacrymogènes.

Mais les violences ne s'arrêtent pas là. Le maire a en effet dû faire face directement à la grogne d'un militant. Ainsi, une source policière a assuré que le député du parti néo-nazi Yorgos Germenis a agressé George Kaminis dans un bâtiment dans lequel se tenait une manifestation à l'occasion de la Pâques orthodoxe. Coup manqué pour le député qui a seulement réussi à blessé légèrement un enfant qui se trouvait à côté. 


Aube dorée : distribution de vivres aux grecs...par Nondezeus

Lu sur France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !