Assurance chômage : François Rebsamen estime qu'il n'y a "pas lieu dans l'immédiat" de renégocier "quoi que ce soit" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
François Rebsamen a tenté de calmer les tensions créées après les propos d'Emmanuel Macron dimanche
François Rebsamen a tenté de calmer les tensions créées après les propos d'Emmanuel Macron dimanche
©Reuters

Toujours sensible

Assurance chômage : François Rebsamen estime qu'il n'y a "pas lieu dans l'immédiat" de renégocier "quoi que ce soit"

Emmanuel Macron avait expliqué dimanche qu'il ne devait "pas y avoir de tabou ni de posture" sur ce dossier.

L'assurance chômage provoque des remous au sein même du gouvernement. Le débat a été relancé dimanche par Emmanuel Macron. Dans un entretien au Journal du dimanche, le ministre de l'Economie avait estimé qu'il ne devait "pas y avoir de tabou ni de posture" sur ce dossier et que la dernière réforme était "insuffisante". "L'assurance chômage est en déficit de 4 milliards d'euros; quel responsable politique peut s'en satisfaire?" s'était-il interrogé. La réforme actuelle est "insuffisante", mais il appartient "aux partenaires sociaux (...) de faire avancer les choses" avait-il aussi indiqué. Des propos qui ont provoqué un tollé.

Ce lundi matin, l'Elysée a tenté d'éteindre le début d'incendie initié par le ministre en disant qu'il y aura des négociations "le moment voulu" mais "pas immédiatement" sur le dossier de l'assurance chômage. "S'agissant de l'assurance chômage, il y a bien un problème de déficit, mais la négociation sur le sujet viendra le moment venu, pas immédiatement" a encore indiqué l'Elysée ajoutant que cette "question relève de la responsabilité des partenaires sociaux en lien avec l'Etat".

A LIRE AUSSI - Macron rabroué sur l’assurance-chômage : stratégie du bon flic, mauvais flic ou simple maquillage de l’inaction gouvernementale ? 

Quelques heures plus tard, François Rebsamen est à son tour monté au créneau. En marge d'une visite à Clichy-la-Garenne, le ministre du Travail a déclaré à l'AFP qu'il n'y avait "pas lieu dans l'immédiat" de renégocier "quoi que ce soit" concernant l'assurance chômage. "Il n'y a pas lieu dans l'immédiat de renégocier quoi que ce soit et, d'ailleurs, ce n'est pas possible" a-t-il expliqué. "On vient de signer" la convention d'assurance chômage, qui court jusqu'à 2016.

L'accord trouvé par les syndicats et le patronat sur l'assurance chômage doitt permettre d'économiser près de 2 milliards d'euros d'ici à fin 2016.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !