Assistants parlementaires du MoDem : François Bayrou évoque une "opération politique" montée par la mairie de Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Assistants parlementaires du MoDem : François Bayrou évoque une "opération politique" montée par la mairie de Paris
©Reuters

Des magouilles

Assistants parlementaires du MoDem : François Bayrou évoque une "opération politique" montée par la mairie de Paris

La personne à l'origine de la dénonciation "est un collaborateur direct de la maire de Paris", a-t-il affirmé sur CNEWS.

Fin de semaine dernière, un ancien salarié du MoDem a confessé à la justice avoir bénéficié d'un emploi fictif d'assistant parlementaire au Parlement européen auprès de Jean-Luc Bennhamias. Après avoir rédigé un courrier de signalement au parquet, il aurait ensuite transmis à la justice des informations. Il assure n'avoir jamais travaillé à Bruxelles auprès de Jean-Luc Bennhamias et être resté au siège du Parti Démocrate. Le parquet de Paris a donc annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire dans l'affaire des assistants parlementaires du parti centriste.

"Il pourrait se faire qu'il y ait un lien entre ceci et cela..."

Invité sur CNEWS ce mardi matin, François Bayrou a été interrogé sur cette affaire. Le président du MoDem a "l'impression" qu'il s'agit d'"une opération politique" montée par l'entourage de la maire de Paris, Anne Hidalgo, à trois jours des législatives. La personne à l'origine de la dénonciation "est un collaborateur direct de la maire de Paris", a lancé le ministre de la Justice. "Donc il pourrait se faire qu'il y ait un lien entre ceci et cela..."

>>> À lire aussi : Ancien ministre/député/collaborateur cherche job : quel avenir professionnel attend les battus de la saison politique meurtrière 2017 ?

"Les élections législatives, vous avez suivi ? Regardez les gens qui se présentaient et les gens qui ont été éliminés...", a-t-il expliqué les raisons qui auraient pu motiver cette "opération politique". Pour l'ancien candidat à la présidentielle, deux circonscriptions en particulier seraient liées à cette affaire. La première à Paris, où Marielle de Sarnez, bras droit de François Bayrou, a battu le député PS sortant Pascal Cherki et la seconde dans les Hauts-de-Seine où Jean-Louis Bourlanges, ex-membre du Modem, a évincé le député PS Jean-Marc Germain. Ce dernier est le compagnon d'Anne Hidalgo.

Lu sur Le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !