Assistants parlementaires : Marine Le Pen restera candidate même si elle est mise en examen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Assistants parlementaires : Marine Le Pen restera candidate même si elle est mise en examen
©Reuters

Enquête

Assistants parlementaires : Marine Le Pen restera candidate même si elle est mise en examen

"Un juge pourrait décider qui est candidat et qui n'est pas candidat, c'est la fin de la démocratie", s'inquiète la présidente du Front national.

Dans une interview accordé au journal Le Monde, Marine Le Pen a assuré qu'elle comptait maintenir sans candidature à l'élection présidentielle de 2017 même si elle est mise en examen dans l'enquête sur l'emploi de ses assistants parlementaires. La président du Front national, estima par ailleurs que la promesse de François Fillon de se retirer en cas de mise en examen "est totalement stupide". 

"Elle a été prononcée dans le but de tirer dans les pattes de Nicolas Sarkozy (…) Un juge pourrait décider qui est candidat et qui n'est pas candidat, c'est la fin de la démocratie", s'inquiète Marine Le Pen. 

Au mois de décembre 2016, une information judiciaire a été ouverte pour abus de confiance et recel, escroqueries en bande organisée, faux et usage de faux et travail dissimulé. Préalablement, une enquête était conduite depuis mars 2015 par le parquet, qui avait été saisi par le Parlement européen. 

Selon la présidente du Front national, son cas n'a "rien à voir avec François Fillon. Je n'ai pas touché cet argent, c'est Catherine Griset [son assistante parlementaire mise en cause, ndlr] qui l'a touché, en contrepartie du travail qu'elle a effectué, que personne ne remet en cause, même pas le Parlement européen".

>>>> À lire aussi : Marine Le Pen : "2017 sera l'année du réveil des peuples de l'Europe continentale"

 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !