Assaut du Capitole : le premier procès d'un assaillant s'ouvre à Washington | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des partisans de Donald Trump envahissent le Capitole à Washington, le 6 janvier 2021.
Des partisans de Donald Trump envahissent le Capitole à Washington, le 6 janvier 2021.
©TAYFUN COSKUN / ANADOLU AGENCY / AFP

750 personnes ont été arrêtées

Assaut du Capitole : le premier procès d'un assaillant s'ouvre à Washington

Un militant originaire du Texas comparaît ce mercredi 2 mars devant un tribunal de Washington. C’est le premier procès d'un assaillant suite à l’assaut du 6 janvier 2021

La journée avait fait trembler la démocratie américaine. Guy Reffitt, 49 ans, est accusé d’avoir tenté de forcer l’entrée du Capitole avec l’aide d’une centaine d’autres manifestants. Au même moment, les élus certifiaient la victoire de Joe Biden à la présidentielle. Il avait battu en retraite après avoir été aspergé de gaz lacrymogène en haut des marches du bâtiment. Des photos le montrent casque sur la tête et portant un gilet pare-balles, se nettoyant les yeux.

Selon l’accusation, Guy Reffitt, membre de la milice d’extrême droite « Three Percenters » avait l’intention de manifester violemment le 6 janvier à Washington. Des milliers de partisans de Donald Trump s'étaient rassemblés à l'appel de l’ancien président. « Une foule a besoin de meneurs et cet homme est venu tout droit du Texas pour remplir ce rôle », a dénoncé le procureur Jeffrey Nestler à l'ouverture des débats.

Au total, plus de 750 personnes ont été arrêtées et la majorité ont été inculpées, pour des chefs plus ou moins lourds. La peine la plus lourde jusqu’à présent a été de cinq ans de prison.

Guy Reffitt, qui plaide non coupable, encourt jusqu'à 20 ans de prison au terme de ce procès qui doit durer au moins une semaine.

La Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !