Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Rafic Hariri assassinat premier ministre libanais Liban explosions Beyrouth procès verdict reporté
Rafic Hariri assassinat premier ministre libanais Liban explosions Beyrouth procès verdict reporté
©JOSEPH EID / AFP

Calendrier judiciaire

Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a annoncé mercredi le report de la lecture du jugement dans le procès de quatre hommes accusés d'avoir participé en 2005 à l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. Cette décision et ce report interviennent suite à la situation dramatique au Liban après les explosions ayant ravagé Beyrouth.

Le verdict tant attendu dans le cadre du procès pour l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri est une "victime collatérale" de la tragédie vécue par le Liban et le peuple libanais cette semaine suite à la catastrophe des explosions au port de Beyrouth. Le calendrier judicaire a en effet été reporté.   

L'annonce du verdict, prévue vendredi, est en effet décalée au 18 août "par respect pour les innombrables victimes", selon des précisions dans un communiqué du Tribunal spécial pour le Liban basé aux Pays-Bas en ce mercredi 5 août. Le TSL s'est dit "profondément attristé et choqué par les événements tragiques qui ont frappé le Liban" mardi soir, exprimant "sa solidarité avec le peuple libanais en ces moments difficiles".

Rafic Hariri, Premier ministre libanais jusqu'à sa démission en octobre 2004, avait été tué en février 2005. Un kamikaze avait fait sauter une camionnette remplie d'explosifs au passage de son convoi blindé sur le front de mer de Beyrouth. Cet attentat a fait 21 victimes et 226 blessés. 

Les quatre accusés, tous membres présumés du mouvement chiite Hezbollah, sont jugés par contumace. Le Hezbollah, qui a rejeté toute responsabilité, a refusé de livrer les suspects malgré plusieurs mandats d'arrêt émis par le TSL.

A lire aussi : Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth

A lire aussi : Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

A lire aussi : Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !