Arras : il faisait des gâteaux au cannabis... quatre mois de prison avec sursis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le jeune homme avait placé du cannabis dans ses cookies
Le jeune homme avait placé du cannabis dans ses cookies
©Reuters

Hallucinant

Arras : il faisait des gâteaux au cannabis... quatre mois de prison avec sursis

Un enseignant et quatre camarades avaient reçu des cookies de la part du jeune homme. Ils ne savaient pas que ces "douceurs" étaient un peu "spéciales".

Est-ce Top Chef qui a donné des idées à ce jeune homme de 21 ans ? Cuisiner de façon originale, c'est bien mais encore faut-il que ce ne soit pas dangereux ni illégal. Le 19 mars, un étudiant d'un IUT du centre de la France, se rend à Cambrai dans le Nord pour un concours interuniversitaire, en compagnie d'un groupe d'élèves et de professeurs. Lors d'un arrêt à Arras en raison d'un problème de train, l'étudiant distribue des cookies au cannabis confectionnés par ses soins, selon lui uniquement pour sa consommation personnelle.

"Après avoir déjà mangé deux cookies pendant le trajet, je ne savais plus ce que je faisais", a-t-il expliqué à l'audience. Rapidement, quatre élèves sont pris d'un malaise au restaurant, ainsi qu'un professeur qui s'évanouit, après des "hallucinations conséquentes", selon le rapport médical. Les malades en seront quittes pour une nuit à l'hôpital et l'impossibilité de présenter le concours qu'ils préparaient depuis deux ans. Dès l'arrivée des secours, le pâtissier improvisé avoue la présence de drogue dans la pâte et remet un sachet de cannabis à la police.

"Etant consommateur, je ne pensais pas que les effets dureraient aussi longtemps", a-t-il reconnu, expliquant qu'il fumait à l'époque "5 joints par jour" depuis un an, perturbé par l'éloignement avec sa famille, installée dans le Nord-Pas-de-Calais.

Jugé jeudi soir, le parquet d'Arras a requis quatre mois de prison avec sursis assortis de 180 heures de travaux d'intérêt général contre cet étudiant. Au-delà de son aspect "insolite", cette affaire "aurait pu avoir des conséquences dramatiques", a souligné le procureur en demandant une lourde sanction.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !