Arnaud Montebourg considère que ses prédictions économiques étaient justes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Cette opération de communication avec l'ancien ministre grec des finances Varoufakis lors de la Fête de la rose ce week-end contre la politique d'austérité n'est pas du goût de tous au PS.
Cette opération de communication avec l'ancien ministre grec des finances Varoufakis lors de la Fête de la rose ce week-end contre la politique d'austérité n'est pas du goût de tous au PS.
©Reuters

Madame Irma

Arnaud Montebourg considère que ses prédictions économiques étaient justes

Un an après sa démission, l'ancien ministre de l'Economie continue de critiquer la politique actuelle et prépare sa traditionnelle Fête de la rose avec comme invité exceptionnel l'ex-ministre grec Yanis Varoufakis.

Un an après sa sortie du gouvernement le 25 août 2014, Arnaud Montebourg continue de livrer des critiques acerbes contre la politique économique actuelle. L'ancien ministre de l'Economie a confié à l'AFP qu'il ne regrettait pas ses paroles qui lui avaient valu d'être limogé il y a un an : "ma position, non seulement je ne la regrette pas, mais un an après, les prédictions qui avaient été formulées par mon équipe, moi-même, de nombreux économistes, des Prix Nobel, d'autres gouvernements sont vérifiées. Cela ne marche pas.(…)J'aurais voulu avoir tort !"

Arnaud Montebourg organise ce week-end sa traditionnelle Fête de la rose à Frangy-en-Bresse en Saône-et-Loire et espère en faire un événement politique majeur avec l'invitation de Yanis Varoufakis, ancien ministre grec des Finances. L'ancien ministre d'Alexis Tsipras était au cœur de la crise grecque cet été et avait été contraint de démissionner en juillet à cause d'un désaccord politique profond avec son Premier ministre, comme ce fut le cas pour Arnaud Montebourg il y a un an.

L'ex-ministre de l'Economie espère surprendre une fois de plus la famille socialiste et considère la crise grecque comme majeure. Cette opération de communication avec Varoufakis contre la politique européenne d’austérité n'est pas du goût de tous au PS. La fête de la rose d'Arnaud Montebourg avait été très médiatisée l'an dernier suite aux critiques de l'ancien ministre contre la politique de François Hollande et Manuel Valls. L'ancien ministre continue d'exiger une inflexion majeure de la politique économique, une réelle lutte contre le chômage et surtout la fin de l'état actuel de ''quasi-déflation"que connait la France. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !