Aquarius : les migrants souhaitent l'asile français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Des réfugiés entassés sur embarcation délabrée, tentant désespérément de franchir la méditerranée
Des réfugiés entassés sur embarcation délabrée, tentant désespérément de franchir la méditerranée
©Angelos Tzortzinis / AFP

Immigration

Aquarius : les migrants souhaitent l'asile français

Une fraction conséquente des migrants transportés par le tristement célèbre bateau humanitaire a formulé une demande afin de trouver refuge sur le territoire français.

Ballotés par les flots aux grés des échanges d'invectives françaises et italiennes, les migrants de l'Aquarius ont finalement été accueillis au port de Valence sur la côte espagnole. Le gouvernement socialiste nouvellement élu sous l'égide de Pedro Sanchez a aujourd'hui informé que la quasi "moitié des migrants ont manifesté leur volonté de demander l'asile en France, pays ayant offert d'accueillir une partie des personnes voyageant sur le navire".

Ce communiqué fait suite aux sorties du président de la République qui qualifiait le refus du gouvernement italien - nouvellement populiste et anti immigration– d'accueillir les migrants de "cyniques" et qui s'était prononcé pour un éventuel accueil de ces réfugiés. Au-delà des paroles, les actes suivent avec l'envoi prochain d'une équipe de l'Ofpra Office français de protection des réfugiés et apatrides) sur place et qui évaluera de ses méthodes expertes le nombre de personnes concernés, les motivations des migrants ainsi que leur légitimité à prétendre au droit d'asile.

Ces 630 âmes vont bénéficier d'un permis d'entrée exceptionnel de 45 jours sur le territoire espagnol en raison du caractère humanitaire et urgent qu'une telle situation impose.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !