Après son dérapage sur les attentats, le père Benoît est envoyé en abbaye par le Cardinal Barbarin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Après son dérapage sur les attentats, le père Benoît est envoyé en abbaye par le Cardinal Barbarin
©Reuters

Pour réfléchir

Après son dérapage sur les attentats, le père Benoît est envoyé en abbaye par le Cardinal Barbarin

Le curé de la basilique de Fourvière de Lyon avait opéré une comparaison entre victimes du Bataclan et les terroriste,  ''frères siamois.''

La tribune était sans censure, la réaction est toute aussi radicale. Dans un communiqué, le cardinal Barabrin, archevêque de Lyon, a pris une décision forte et inévitable contre le père Benoît. ''Après avoir pris le temps de le rencontrer et de l'écouter, j'ai décidé, en accord avec son évêque Mgr Armand Maillard, de le relever de ses différentes charges pastorales dans le diocèse de Lyon. Je demande au père Benoît de se retirer immédiatement dans une abbaye pour prendre un temps de prière et de réflexion.'' Et de poursuivre : ''Dans le contexte qui est le nôtre, il n'est pas acceptable que des chrétiens, à plus forte raison des prêtres, ne s'appliquent pas toujours (...) à maintenir entre les hommes la paix et la concorde fondée sur la justice.''
Dans une tribune intitulée "Les Aigles (déplumés) de la mort aiment le diable ! '' et publiée le 20 novembre sur le site Riposte-catholique, le père Benoît évoquait les ''pauvres enfants de la génération bobo, en transe extatique, jeunes, festifs, ouverts, cosmopolitains…comme dit le quotidien de référence. Mais ce sont des morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis hashishins, sont leurs frères siamois. Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture.''
Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !