Après les Etats-Unis, Israël a soumis sa demande de retrait de l'Unesco<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Après les Etats-Unis, Israël a soumis sa demande de retrait de l'Unesco
©

Au revoir

Israël estime que l'Unesco est un "théâtre de l'absurde où l'on déforme l'histoire au lieu de la préserver".

C'est fait ! Israël a formellement notifié l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) de son retrait, a annoncé vendredi la directrice générale de l'organisation, Audrey Azoulay. "En ma qualité de directrice générale de l'Unesco, j'ai reçu aujourd'hui la notification officielle du gouvernement israélien concernant le retrait d'Israël de l'Organisation à la date du 31 décembre 2018", a indiqué dans un communiqué l'ancienne ministre, en poste depuis novembre.

"Je le regrette profondément, dans la conviction que c'est au sein de l'Unesco, et non pas en dehors d'elle, que les États peuvent le mieux agir pour contribuer à résoudre des différends qui touchent aux domaines de compétence de l'Organisation", a-t-elle ajouté. Israël, "membre de l'Unesco depuis 1949", a  toute sa place "au sein d'une institution engagée dans la défense de la liberté d'expression, dans la prévention de l'antisémitisme et du racisme sous toutes ses formes et qui a développé un programme unique d'enseignement de la mémoire de la Shoah et de prévention des génocides", a déclaré Audrey Azoulay.

Il s'agit en fait d'un double départ de l'organisation. En octobre, les Etats-Unis avaient déclaré qu'ils se retireraient de l'organisation fin 2018. Israël leur avait emboîté le pas, reprochant à l'organisation un parti-pris anti-israélien et la qualifiant de "théâtre de l'absurde où l'on déforme l'histoire au lieu de la préserver". Israël se plaint régulièrement que les motions de l'Unesco nient les liens du centre historique de Jérusalem avec la religion juive. 

Ce double départ est un coup dur pour l'organisation : les contributions financières d'Israël et des États-Unis représentent près du quart de son budget.

Lu dans le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !