Après les drames en Méditerranée, les chefs d'Etat européens se rencontrent en urgence ce jeudi à Bruxelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Vers une solution contre les naufrages ?
Vers une solution contre les naufrages ?
©Reuters

En quête de solutions

Après les drames en Méditerranée, les chefs d'Etat européens se rencontrent en urgence ce jeudi à Bruxelles

L'Union européenne pourrait lancer des offensives militaires contre les passeurs.

Cette fois, plus personne ne peut fermer les yeux sur les tragédies qui se déroulent en mer Méditerranée. En l'espace de quelques jours, plus de 1000 migrants se sont noyés en tentant de rejoindre les côtes européennes dans des embarcations de fortune.

Pour stopper cette hécatombe, les chefs d'Etat se réunissent ce jeudi à Bruxelles pour un conseil extraordinaire. Lors de cette réunion, les discussions devraient tourner autour d'une amélioration du plan "Triton," la mission de surveillance navale des frontières de l'UE, mise en place depuis quelques mois seulement et très critiquée pour son manque de moyens.

Une autre mesure phare serait des offensives militaires contre les passeurs. Selon le projet de déclaration du sommet, "il s'agirait d'entreprendre des efforts systématiques pour identifier, capturer et détruire les bateaux avant qu'ils ne soient utilisés par les trafiquants."

A LIRE AUSSI - Sommet exceptionnel sur les migrations : qui vient en Europe pour aller où exactement et pour faire quoi ?

Il s'agira aussi de trouver une esquisse de solution face au chaos qui règne en Libye, principal point de départ des migrants. C'est d'ailleurs au large de ces côtes que les derniers bateaux ont chaviré. Enfin, les pays pourraient envisager un "projet-pilote" pour accueillir des milliers de migrants syriens de façon équitable sur le continent.

Selon l'Onu, 35 000 personnes ont tenté de traverser clandestinement la Méditerranée depuis début  2015 et ils pourraient être près d'un demi-million à tenter leur chance cette année, si rien n'est fait.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !