Annonce de la hausse de la facture EDF : furieuse, Ségolène Royal dément catégoriquement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Annonce de la hausse de la facture EDF : furieuse, Ségolène Royal dément catégoriquement
©

Un coup au portefeuille

Annonce de la hausse de la facture EDF : furieuse, Ségolène Royal dément catégoriquement

Ce vendredi Le Parisien annonçait qu'en moyenne les tarifs allaient augmenter de 30 euros par abonné. Sur Twitter, la ministre de l'Ecologie nie et affirme être en train de "négocier" avec EDF.

Hausse des tarifs ou non ? Depuis des semaines, le montant des factures d’électricité est sur toutes les lèvres. En effet, alors que Ségolène Royal avait assuré que "les tarifs EDF n'augmenteront pas au 1er août prochain", elle avait été contredite quelques jours plus tard par Manuel Valls, lui-même. Le Premier ministre a récemment confirmé qu'il y aurait bel et bien une hausse des prix de l'électricité, et ce, à partir du mois d'octobre. Mais ce vendredi, Le Parisien indique que cette hausse ne sera pas la seule. Une autre supplémentaire de trente euros est à prévoir .

C’est en effet le montant moyen qui sera demandé aux 29 millions de clients EDF abonnés aux tarifs régulés de l'électricité (TRV) (à savoir 92 % des ménages). Une hausse qui sera de 45 euros en moyenne pour les clients dits "non résidentiels", c'est-à-dire les abonnés professionnels. Une annonce immédiatement démentie par Ségolène Royal. En effet, sur Twitter la ministre de l'Ecologie a indiqué "Je [démens] catégoriquement l'information du Parisien selon laquelle il y aurait une augmentation du tarif de l'électricité. Au contraire." Très remontée, elle ajoute "la hausse de 5 % est annulée, et même si ça ne plaît pas à quelques spéculateurs, cette décision est fermement maintenue". La ministre insiste : "[Quant] au rattrapage ordonné par le Conseil d'Etat, aucune décision n'est prise. Je négocie avec EDF pour protéger le pouvoir d'achat."

Selon Le Parisien, l'effort supplémentaire demandé aux ménages provient directement d'une décision du Conseil d'État. Le 11 avril dernier, ce dernier a invalidé une décision prise il y a deux ans par le gouvernement Ayrault de limiter à 2 % la hausse des tarifs de l'électricité pour la période s'étendant d'août 2012 à août 2013. Problème : le Conseil d'Etat a estimé que cette augmentation n'était pas suffisante pour couvrir les coûts de production d'électricité, pourtant imposé par la loi.

Selon les informations du Parisien, l'État devrait publier l'arrêté durant le mois juillet. "Cela permettra à EDF d’envoyer la demande de rattrapage à ses clients cet automne, c’est-à-dire au moment où les clients reçoivent les factures annuelles de régularisation, qui permettent de régler la différence entre les estimations et les consommations réelles" explique le journal. Le Parisien précise enfin que "cette demande devrait être réclamée en une seule fois". Conclusion,  la facture cet automne devrait être doublement affectée : par la hausse de 5% confirmée par Manuel Valls et par le rattrapage des tarifs EDF.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !