Anniversaire des attentats du 13 novembre 2015, les patrons de la DGSE et DGSI soulignent leur étroite collaboration et le renforcement de leurs moyens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Terrorisme
Cérémonie devant le Bataclan
Cérémonie devant le Bataclan
©Capture d'écran CNews

Attentats

Anniversaire des attentats du 13 novembre 2015, les patrons de la DGSE et DGSI soulignent leur étroite collaboration et le renforcement de leurs moyens

137 morts, 437 blessés la pire attaque jamais connue par la France depuis la Seconde Guerre mondiale

Cinquième anniversaire des attentats du 13 novembre 2015, le Premier ministre et la maire de Paris, avec quelques ministres, mais sans familles de victimes et sans public, se sont recuueillis sur les différents sites touchés il y a cinq ans : Stade de France, cafés, salle de concert du Bataclan.

Par ailleurs, Le Figaro publie une interview conjointe de Bernard Émié, directeur général de la sécurité extérieure (DGSE) et Nicolas Lerner, directeur général de la sécurité intérieure (DGSI).

"À la fin de ce quinquennat, 2000 agents supplémentaires auront rejoint la DGSI, dont le budget a doublé en cinq ans" indique Nicolas Lerner, qui ajoute que la DGSI et la DGSE travaillent désormais en étroite collaboration : avec "le renforcement de la coordination nationale antiterroriste (CNRLT) et la désignation de la DGSI, en juin 2018, comme «chef de file» de la lutte antiterroriste sur le territoire national. (...) En matière de lutte antiterroriste, nous n’avons plus aucun secret l’un pour l’autre".

"Nous avons gagné 1300 agents depuis dix ans et nous sommes désormais plus de 7 000. Avec la DGSI, nous partageons tout et, de «cousins éloignés», nous sommes devenus des «frères complices»" ajoute de son côté, Bernard Émié. Il souligne, en outre, la collaboration avec des services étrangers : "Avec l’aide essentielle de nos partenaires internationaux, soit des dizaines de services de renseignement étrangers".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !