Anne Hidalgo en appelle à Édouard Philippe pour régler le "chaos" dans les camps de migrants à Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Anne Hidalgo en appelle à Édouard Philippe pour régler le "chaos" dans les camps de migrants à Paris
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Prise de parole

Anne Hidalgo en appelle à Édouard Philippe pour régler le "chaos" dans les camps de migrants à Paris

La maire de Paris souhaite alerter le Premier ministre sur "l’impasse" de la situation actuelle.

Elle souhaite alerter sur "l’impasse" de la situation actuelle. Dans un courrier envoyé vendredi à Édouard Philippe et dont Le Figaro s'est procuré une copie, Anne Hidalgo a interpellé le Premier ministre sur "la divergence des analyses" qui a permis le "chaos" dans les campements de migrants situés à Paris. "Puisque le chaos caractérise désormais les campements de la capitale et que les ONG demandent la présence de la police pour pouvoir continuer à y intervenir, comment comprendre le refus de présence des forces de l'ordre pour mettre fin à l'exploitation des êtres humains devenue monnaie courante" ? a-t-elle dénoncé, faisant référénce à la noyade il y a quelques jours d'un migrant.

D’après la maire, si la situation est "complexe", elle n’est pas "inextricable". L’édile affirme que "seule une opération de prise en charge simultanée de l'ensemble des personnes" pouvait mettre fin aux dangers représentés par le campement, et demande à une attitude "constructive" entre la ville et exécutif. Il ne s'agit pas pour la Ville de demander "l'expulsion" mais bien "pour l'Etat de prendre en charge" ces personnes, alertant du "danger" que représenterait une évacuation - qui serait une simple "dispersion".

Sur un cas plus spécifique, Anne Hidalgo alerte également sur le sort de jeunes migrants d'origine marocaine particulièrement vulnérables dans le quartier de la Goutte d'or à Paris.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !