Anne Hidalgo affûte ses armes en vue des prochaines municipales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Anne Hidalgo affûte ses armes en vue des prochaines municipales
©Reuters

Défense

Anne Hidalgo affûte ses armes en vue des prochaines municipales

Dans les colonnes du Figaro, la maire de Paris évoque sa stratégie pour les municipales qui doivent se tenir à Paris en 2020 ou 2021. Elle répond également aux nombreuses critiques qui lui sont adressées.

Les élections municipales doivent se tenir à Paris en 2020 ou 2021, Anne Hidalgo s’y prépare d’ores et déjà et tiens à défendre son mandat. "J’adore ma fonction", confie-t-elle au Figaro, réaffirmant également une nouvelle fois sa volonté d’inaugurer les JO 2024. "J'adorerais ça  ", glisse-t-elle, ajoutant que pour cela, il faudra affronter LREM, qui a la cote dans la capitale, et ne pas se faire "volerd'arrondissements par La France insoumise dans quelques années. Mais elle semble être prête à se battre : "Je n'ai jamais connu le confort en politique".

"Il n'y a plus Taubira ou Vallaud-Belkacem pour concentrer les attaques de l'extrême droite"

"Dans la vie politique, quand vous occupez un rôle de premier plan, vous devenez une cible. Mais quand vous êtes une femme alors c'est puissance 10!", déclare la maire de Paris, en référence aux nombreuses critiques qui lui sont adressées. "Il n'y a plus Christiane Taubira ou Najat Vallaud-Belkacem pour concentrer les attaques de l'extrême droite et d'une certaine droite", estime son entourage. "C'est vrai qu'il n'y en a plus beaucoup, des hommes et des femmes politiques de gauche encore debout", observe de son côté l'intéressée.

>>> À lire aussi : Anne Hidalgo s’en prend à la mâchoire des sans-dents

Face à ce constat, Anne Hidalgo a déjà commencé à se préparer à la bataille des municipales. Elle revoit sa stratégie. Elle "est surexposée. On a convenu que nous devions trouver un moyen de mieux l'entourer. Ses adjoints doivent être plus présents dans les médias", témoigne Emmanuel Grégoire, le patron du PS parisien. "On doit adapter notre dispositif, faire du fact-checking et être davantage présent sur les réseaux sociaux ", ajoute l'adjoint chargé des finances dénonce la prolifération sur Internet de fake news. En outre, à partir de la rentrée, l’édile prévoit d'organiser régulièrement des Facebook live. "L'offensive s'opère aussi avec une plateforme citoyenne, "Paris en commun", lancée le 12 décembre dernier à La Recyclerie (XVIIIe arrondissement)", souligne Le Figaro.

"J'ai eu la chance de rehausser l'image de Paris à l'international"

De plus, Anne Hidalgo veut montrer qu'elle est au toujours au contact avec les Parisiens. "Jusqu'à maintenant, elle se déplaçait pour des manifestations bien identifiées. Dorénavant, elle veut davantage déambuler et multiplier les contacts", confie un de ses proches. Elle entend donc être plus accessible. "J'ai eu la chance de rehausser l'image de Paris à l'international, avec des résultats tangibles au regard de la place de Paris dans les classements internationaux et le retour des touristes après les attentats. Quand je pars chercher les Jeux olympiques à l'étranger, c'est aussi pour offrir des emplois aux Parisiens. Ça ne se serait pas fait en restant dans mon bureau", se justifie auprès du Figaro Anne Hidalgo. Elle admet toutefois qu'elle doit maintenant se pencher sur des problèmes moins clinquants : "On doit produire des effets plus visibles sur la propreté et sur la lutte contre les incivilités".

 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !