Anne Gravoin, l'épouse de Manuel Valls, aurait bénéficié de passe-droits selon Le Point | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Anne Gravoin, l'épouse de Manuel Valls, aurait bénéficié de passe-droits selon Le Point
©

Oups

Anne Gravoin, l'épouse de Manuel Valls, aurait bénéficié de passe-droits selon Le Point

La femme du ministre l'Intérieur aurait fait appel à son mari pour faire "sauter" une contravention.

Voilà un petit caillou dans la chaussure de Manuel Valls. Selon Le Point, son épouse Anne Gravoin aurait bénéficié d'un passe-droit pour une amie. En effet, dans une scène datée du 28 janvier, Le Point raconte qu'un agent de surveillance de la voie publique (ASVP), verbalisant les véhicules sans ticket de stationnement dans la rue où habitent les Valls dans le 11e arrondissement de Paris, a mis une contravention à une Toyota appartenant à une amie de la violoniste qui venait lui rendre visite. Or, quelques heures auparavant, "Mme Valls, via le téléphone de service, avait fait le nécessaire" pour que son amie ne soit pas verbalisée.

La pervenche a fait son travail. Un peu trop bien au goût de l'épouse de Manuel Valls... Furieuse, elle en aurait averti son mari sur le champ. "Deux heures plus tard, un commandant du groupe de sécurité du ministre de l'Intérieur (GSMI), qui dépend de l'ex-Service de protection des hautes personnalités (SPHP devenu Service de la protection), prend contact avec le gardien de la paix pour lui dire 'qu'il s'occupait de faire le nécessaire'" écrit Le Point.

L'histoire s'arrête là mais il y a fort à parier que l'amie de Mme Valls n'ait jamais reçu sa contravention. Le Point précise que ce n'est pas la première fois que la violoniste "use" des pouvoirs de son mari : il y a quelques mois, "agacée par le nombre de SDF qui fréquentent son quartier, elle avait demandé aux îlotiers de les déplacer. Le ministre de l'Intérieur avait démenti l'intervention de sa femme" rappelle l'hebdomadaire.

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !