Financer les funérailles des donneurs d'organe anglais ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Financer les funérailles 
des donneurs d'organe anglais ?
©

A l'étude

Financer les funérailles des donneurs d'organe anglais ?

Chaque jours, trois Britanniques meurent en attendant une transplantation. Comment augmenter les dons d'organes ?

La proposition vient du Nuffield Council on Bioethics. Cet organisme chargé d'examiner les questions éthiques soulevées par la médecine au Royaume-Uni vient de publier un rapport, dans lequel il examine les différentes façons d'encourager les potentiels doneurs d'organe.

Tout commence avec ce constat : 8 000 personnes sont en attente d'une transplantation au Royaume-Uni, et chaque jour trois décèdent faute d'avoir reçu une transplantation à temps.

Le rapport met en avant une idée inédite : payer les funérailles des donneurs d'organe, à la place de leurs proches. Le professeur Marilyn Strathern, à la tête de cette enquête, explique cette proposition. 

"En évitant aux proches de devoir assumer le prix de l'enterrement, on pourrait encourager plus de gens à s'enregistrer comme donneurs. Payer les funérailles des donneurs d'organe serait justifié d'un point de vue éthique, ce serait une forme de reconnaissance de la part de la société. Nous pensons qu'un essai permettrait d'évaluer la réponse du public à cette idée."

Dans son rapport, le conseil de bioéthique rejette une autre proposition : que le don d'organe soit considéré comme l'option par défaut, et que ceux qui refusent de figurer sur la liste des donneurs doivent faire la démarche de se désinscrire.

Lu sur The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !