Grande-Bretagne : le couple d'Amesbury a été exposé au Novichok après avoir manipulé un objet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Grande-Bretagne : le couple d'Amesbury a été exposé au Novichok après avoir manipulé un objet
©Adrian DENNIS / AFP

Vent de panique

Grande-Bretagne : le couple d'Amesbury a été exposé au Novichok après avoir manipulé un objet

Charlie Rowley et sa compagne Dawn Sturgess ont été retrouvés samedi dans un état critique à Amesbury. Les analyses ont démontré que le couple a été exposé à un puissant agent innervant.

Nouvelle révélation dans l'affaire de la psychose concernant les empoisonnements entre Londres et Moscou. 

Le couple de Britanniques hospitalisés dans un état critique pour empoisonnement à l'agent innervant Novichok a manipulé un "objet contaminé". Cette information a été révélée ce jeudi soir par Scotland Yard dans un communiqué. 
 
"Après de nouveaux tests, nous savons désormais qu'ils ont été exposés à l'agent innervant après avoir manipulé un objet contaminé".
 
Charlie Rowley et sa compagne Dawn Sturgess, tous les deux âgés de 45 ans, ont été retrouvés samedi dans un état critique à Amesbury, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Le couple en question s'était rendu la veille à Salisbury. 
 
Le gouvernement britannique a demandé à la Russie de s'expliquer sur ces deux nouveaux cas d'empoisonnements au Novichok. Cette affaire intervient trois mois après l'ex-espion Sergueï  Skripal et sa fille Ioulia à Salisbury. Moscou nie toute responsabilité dans l'empoisonnement des Skripal et dans ces deux nouveaux cas. 
 
Une centaine d'inspecteurs de la section antiterroriste enquêtent sur place aux côtés de la police locale du Wiltshire. Selon les premiers éléments, le couple aurait été contaminé par un déchet de l'agent Novichok abandonné quelque part. La substance reste en effet active pendant des mois. Un périmètre de sécurité a donc été établi autour de six nouveaux sites.  
 
La branche antiterroriste de la police a officiellement pris les commandes de l'enquête au côté de la police du comté du Wiltshire. Cette zone est située au sud-ouest de l'Angleterre où a eu lieu la contamination.
 
Avec ces révélations de Scotland Yard, la population risque d'être inquiète sur la contamination possible d'objets par l'agent innervant en question avec un déchet du poison utilisé sur Sergueï Skripal et sa fille.
 
Les autorités britanniques rappellent au public de ne pas ramasser d'objets douteux, de seringues ou d'aiguilles. 
 
Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !