Amanda Knox assure qu'elle ne retournera pas en Italie "de (s)on plein gré" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Amanda Knox assure qu'elle ne retournera pas en Italie "de (s)on plein gré"
©Reuters

Ultime rebondissement

Amanda Knox assure qu'elle ne retournera pas en Italie "de (s)on plein gré"

Innocentée en 2011 du meurtre de sa colocataire en Italie, elle a finalement été reconnue coupable jeudi.

Après sa condamnation jeudi par la justice italienne à 28 ans et six mois de réclusion pour le meurtre de sa colocataire britannique Meredith Kercher en 2007, Amanda Knox a déclaré vendredi : "Je ne retournerai pas de mon plein gré" en Italie. L'Américaine de 26 ans a accordé une interview à la chaîne ABC (voir vidéo ci-dessous). Elle a assuré qu'elle se battrait "jusqu'au bout" pour ne pas retourner derrière les barreaux, où elle a déjà passé quatre ans, après avoir été condamnée en première instance, en 2009, à 26 ans de prison.

Jugée par contumace, elle a appris sa condamnation à Seattle, rappelle Le Monde."Ma première réaction a été de me dire : 'Non, c'est faux, et je vais faire tout ce que je peux pour prouver que [je ne suis pas coupable]'", a-t-elle expliqué au bord des larmes. Selon les experts, les Etats-Unis auront peu d'arguments pour refuser, si l'Italie la demandait, l'extradition de l'étudiante américaine, explique Le Point. Les avocats de la jeune femme ont annoncé leur intention de se pourvoir devant la Cour suprême italienne.

Les faits remontent à 2007. Dans la nuit du 1er au 2 novembre, Meredith Kercher, une étudiante britannique de 21 ans en Erasmus à Pérouse (centre de l'Italie), est retrouvée morte, à demi-nue et dans une mare de sang dans l'appartement qu'elle partageait avec Amanda Knox. L'autopsie montre qu'elle a été violée et que son corps a été frappé de 47 coups de couteau.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !