Alstom : l'Etat va commander 15 TVG pour sauver l'usine de Belfort | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Alstom : l'Etat va commander 15 TVG pour sauver l'usine de Belfort
©Reuters

Rustine

Alstom : l'Etat va commander 15 TVG pour sauver l'usine de Belfort

Selon le Monde, un contrat à hauteur de 500 millions d'euros serait dans les cartons, alors que le gouvernement s'apprête à présenter son plan de sauvetage.

Mise à jour 11h30 : L'AFP a pris connaissance des mesures du gouvernement poiur sauver le site d'Alstom.  L'Etat commandera bien 15 TGV pour la ligne Bordeaux-Marseille, comme annoncé par le Monde. Le journal évoquait un contrat à 500 millions d'euros pour des rames qui seraient revendues plus tard à la SNCF. L'entreprise commandera également 20 locomotives dépanneuses tandis Alstom investira 40 millions d'euros dans l'usine de Belfort d'ici à 2020, apparemment à travers un centre de maintenance ferroviaire européen.

Tout pour sauver Belfort. Le gouvernement va présenter ce mardi midi son plan de sauvetage de l'usine Alstom, menacée de fermeture par la direction. Dans un premier temps, Christophe Sirugue, le ministre de l'Industrie, a rencontré les élus locaux et débuté une réunion autour des syndicats et de Henri Poupart-Lafarge, le PDG d'Alstom. Pour l'instant, rien ou presque ne filtre des propositions de l'exécutif dont la marge de manœuvre est mince. La seule solution semble de redonner du travail aux ouvriers de l'usine, à travers une grosse commande de trains.

C'est la piste évoquée par Le Monde et certains syndicats qui évoquent l'achat de 15 ou 16 rames TGV par l'Etat lui-même. Les wagons serviront dans un premier temps aux voyages intercités avant d'être vendus à la SNCF ou à un autre opérateur. Hauteur du contrat : 500 millions d'euros. "Ça permet de passer le creux de charge, mais ça ne solutionne pas le problème", confiait à l'AFP André Fages, de la CFE-CGC. "On ne veut pas vivre aux crochets de l'État." Le gouvernement devra donc proposer, en concertation avec Alstom, une vraie solution d'avenir.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !