Allocations familiales : la modulation en fonction des revenus votée par l'Assemblée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Allocations familiales : la modulation en fonction des revenus votée par l'Assemblée
©

Economies

Allocations familiales : la modulation en fonction des revenus votée par l'Assemblée

Les députés ont voté hier soir la modulation des allocations familiales en fonction des revenus à partir de juillet 2015 : elles seront divisées par deux à partir de 6.000 euros de revenus pour un foyer avec deux enfants.

C'est un vote emblématique qui marque la fin d'un symbole: malgré la forte contestation de l'opposition, du Front de gauche et de certains députés de la majorité, l'Assemblée nationale a voté hier la fin de l'égalité en matière d'allocations familiales.

Avec l'aval du gouvernement, les députés ont adopté des amendements socialistes qui prévoient que les allocations de base seront divisées par deux (à 65 euros environ) à partir de 6.000 euros de revenus mensuels pour un foyer avec deux enfants, et par quatre (à 32 euros environ) à partir de 8.000 euros de revenus. Ces seuils augmenteront de 500 euros par enfant supplémentaire. 12% des familles seraient touchées.

Cette réforme s'appliquera dès juillet 2015. Elle devrait permettre de réaliser 800 millions d'euros d'économies en année pleine.

Les députés ont aussi voté un mécanisme pour éviter les effets de seuil : tout euro gagné au-dessus des seuils de revenus fixés entraînera la réduction des allocations d'un euro. Un foyer avec des revenus de 6.010 euros de revenus ne verra pas ses allocations divisées par deux, mais réduites de 10 euros, a indiqué la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine. Cette mesure représentera 20 millions d'euros en année pleine.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !