Allocations familiales : la fraude est désormais plus difficile | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Allocations familiales : la fraude est désormais plus difficile
©

Détection

Allocations familiales : la fraude est désormais plus difficile

De nouvelles stratégies de lutte contre la fraude ont été testées en 2011 et ont été généralisées dans toutes les caisses en 2012.

Les fraudeurs devront faire plus attention. Les Caisses d’allocations familiales ont en effet amélioré leurs techniques de lutte contre la fraude comme le montrent les données publiées récemment par la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf) qui les chapeaute. Quand elle détectait en 2010 près de 13 000 cas, 15 011 cas de fraude étaient trouvés pour 2011. Quant au montant total des fraudes, il représentait 101,5 millions d’euros, soit 1,6% des 65 milliards d’euros de prestations versées.

La Cnaf précise que ces chiffres ne montrent pas que le nombre de fraudeurs augmente mais plutôt que les techniques de contrôles sont meilleurs qu’auparavant. De nouvelles stratégies de lutte contre la fraude ont en effet été testées en 2011. C’est notamment le cas du datamining qui permet de mettre en avant les dossiers les plus susceptibles d’être le sujet de fraudes notamment grâce aux données collectées par les services.

Le secrétaire général de la Cnaf Hervé Drouet a par ailleurs précisé que "cette technique a été généralisée dans toutes les caisses en 2012" ajoutant que « le taux de régularisation suite à un contrôle sur place a augmenté de 34% l’année dernière. Il représente aujourd’hui plus d’un dossier contrôlé sur deux, contre seulement 39% d’entre eux auparavant». Les chiffres devraient donc encore augmenter en 2012, mais dans des proportions moindres. En effet, toujours selon Hervé Drouet, "plus on détecte bien, plus on détecte tôt, et plus la fraude découverte est limitée".

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !