Allemand, histoire : Najat Vallaud-Belkacem défend sa réforme du collège | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Allemand, histoire : Najat Vallaud-Belkacem défend sa réforme du collège
©

La poutre dans l'oeil

Allemand, histoire : Najat Vallaud-Belkacem défend sa réforme du collège

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, défend l'urgence de sa réforme du collège et tente de déminer les critiques, dans une interview au JDD ce dimanche.

Dans cette interview au JDD, Najat-Vallaud Belkacem revient sur plusieurs points très critiqués de la réforme du collège qu'elle porte et assure que si elle "était ce monstre que certains se plaisent à décrire s'apprêtant à faire disparaître le latin, le grec et l'allemand, je serais la première à m'élever contre. Mais c'est totalement faux."

Alors que 200 députés de droite ont signé une lettre demandant le retrait de la réforme, elle réplique que "si la droite avait des contre-propositions, cela se saurait". Elle rappelle qu'à chaque grande réforme, "ceux qui cherchent à démocratiser l'école et la réussite sont accusés par les conservateurs de 'niveler par le bas' et de faire de 'l'égalitarisme'."

Concernant l'allemand, elle assure qu'elle a "entendu les inquiétudes". "Je fixerai des objectifs très ambitieux aux recteurs", affirme Najat Vallaud-Belkacem. "J'ai aussi décidé de nommer un délégué ministériel à la promotion de l'allemand qui sera chargé d'y veiller", ajoute la ministre sans plus de précision.

Sur la question de l'enseignement de l'histoire, elle compte réunir "prochainement" "des historiens de renom comme Pierre Nora, Jean-Pierre Azéma et bien d'autres, pour que le travail en cours bénéficie de leur regard et de leur expertise". "L'enseignement de l'histoire doit bien être un récit qui raconte notre appartenance à la communauté nationale, pas seulement une succession de dates. Mais il faut veiller à ne pas instrumentaliser ce récit", dit-elle.

Malgré les critiques, Najat Vallaud-Belkacem promet qu'elle "continuer(a) d'écouter, de rassurer, d'expliquer... Mais cette réforme du collège doit s'appliquer à la rentrée 2016". Elle se dit certaine que "ceux qui font aujourd'hui [une] erreur d'analyse sauront la reconnaître lorsqu'ils auront enfin lu les textes.

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !