Allemagne : une loi évitera bientôt le choix entre "masculin" et "féminin" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Allemagne : une loi évitera bientôt le choix entre "masculin" et "féminin"
©

Genre

Allemagne : une loi évitera bientôt le choix entre "masculin" et "féminin"

Les personnes de sexe "indéterminé" pourront choisir, à partir du 1er novembre, de ne pas renseigner leur appartenance sexuelle.

L'état civil allemand s'apprête à vivre un important changement. En plus de "masculin" et "féminin", une personne aura bientôt la possibilité de définir son appartenance sexuelle comme "indéterminée".

Le quotidien allemand Sueddeutsche Zeitung remet l'information sous les projecteurs, quelques semaines après qu'un touriste français soit resté bloqué à l'aéroport de Moscou pour ne pas avoir indiqué le bon sexe sur son passeport. Le journal a déterré une loi fédérale allemande du 7 mai 2013 portant sur l'état civil, précisant que "si un enfant ne peut ni être affilié au sexe masculin ni féminin, son sexe ne doit pas être renseigné dans le registre des naissances".

Cette loi, qui entrera en vigueur le 1er novembre prochain, ouvre donc la voie à la reconnaissance d'une "intersexualité". Sont concernées les personnes dites hermaphrodites dont rien ne permet de déterminer l'appartenance sexuelle masculine ou féminine.

La loi n'instaurera pas, cependant, la création d'une case "indéterminée" sur le passeport ou le carnet de naissance. Les législateurs allemands reconnaissant seulement la possibilité pour une personne de choisir de ne pas appartenir à l'un des deux sexes. Avec le droit, quand celle-ci le désire, de se déclarer "masculin" ou "féminin".

Une possibilité qui "pourrait quelque peu compliquer la vie quotidienne" de ces personnes, écrit l'auteur de l'article.

Lu sur Sueddeutsche Zeitung

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !