Allemagne : négociations entre conservateurs et sociaux-démocrates pour une "grande coalition" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Allemagne : négociations entre conservateurs et sociaux-démocrates pour une "grande coalition"
©John MACDOUGALL / AFP

Discussions

Allemagne : négociations entre conservateurs et sociaux-démocrates pour une "grande coalition"

Trois mois après les élections législatives, la CDU-CSU entame ce dimanche un nouveau cycle de négociations pour former une coalition, cette fois avec le SPD.

Plus de trois mois après les élections législatives en Allemagne, le pays n'a toujours pas de gouvernement. La tentative de former une coalition avec les libéraux (FDP) et les Verts ayant échoué, les conservateurs (CDU-CSU) d'Angela Merkel se tournent donc vers les sociaux-démocrates (SPD) pour un nouveau cycle de consultations.

Les discussions promettent d'être tendues, notamment sur la politique migratoire, puisque la CSU réclame un net durcissement sur ce domaine, alors que le SPD demande au contraire un assouplissement sur le regroupement familial.

Alors qu'une majorité des Allemands restent sceptiques à l'idée d'une poursuite d'une coalition déjà en place à deux reprises au cours des douze années de pouvoir d'Angela Merkel, un nouvel échec de négociations ne laisserait à Angela Merkel que des possibilités politiquement risquées : la mise en place d’un gouvernement minoritaire, une expérience jamais tentée en Allemagne, ou de la tenue de nouvelles élections.

Angela Merkel a promis lors de son allocution de fin d'année d'oeuvrer à la formation "rapide d'un gouvernement stable". Dans le meilleur des cas, elle ne devrait toutefois intervenir que vers la fin mars.

Après les premières consultations, le SPD doit encore obtenir, lors d'un congrès extraordinaire le 21 janvier, le feu vert de ses militants pour finaliser une coalition. Or, beaucoup sont opposés à une nouvelle coalition et estiment que, laminés lors des précédentes législatives, ils devraient retourner un temps dans l'opposition.

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !