Allemagne : le doigt d'honneur de Peer Steinbrück, rival d'Angela Merkel, choque | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Peer Steinbrück, le principal rival d'Angela Merkel aux élections législatives du 22 septembre.
Peer Steinbrück, le principal rival d'Angela Merkel aux élections législatives du 22 septembre.
©

Grande classe

Allemagne : le doigt d'honneur de Peer Steinbrück, rival d'Angela Merkel, choque

A dix jours des élections législatives allemandes, une photo montrant le leader social-démocrate faisant un doigt d'honneur suscite l'indignation.

Le geste a surpris autant que choqué. A dix jours des législatives allemandes, le candidat Peer Steinbrück s'est fait photographier en train de faire un doigt d'honneur. Le principal rival de la chancelière Angela Merkel répondait à une "interview muette" du quotidien de Süddeutsche Zeitung. Interrogé sur les surnoms dont il avait été affublé après ses diverses gaffes de communication pendant la campagne, le social-démocrate a répondu par ce geste.

L'image, qui fait la une du SZ Magazin ce vendredi, a été rendue publique jeudi soir. Elle a immédiatement déclenché un torrent de réactions négatives sur Twitter et dans la classe politique, indique le Nouvel Observateur. En Allemagne, le bras d'honneur est d'ailleurs passible d'une amende pouvant aller jusqu'à 4 000 euros, selon le journal Spiegel. Le porte-parole de Steinbrück aurait tenté d'empêcher la parution du cliché, mais le candidat aurait insisté pour ne pas s'y opposer, selon la Süddeutsche Zeitung.

L'expert en communication Stephan Lermer estime que ce geste va "lui coûter des voix". Dans un pays qui compte de plus en plus de seniors, "cela va effrayer les électeurs conservateurs d'un certain âge". A l'inverse, le politologue Jens Walther pense que ce doigt d'honneur ne lui portera "pas préjudice" même si "ce geste n'avait pas vraiment lieu d'être" à une semaine du scrutin. 

Depuis l'annonce de sa candidature fin septembre 2012, Peer Steinbrück n'a jamais réussi à inquiéter Angela Merkel, largement favorite pour décrocher un troisième mandat le 22 septembre.

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !