Allemagne : découverte de près de 1 500 peintures confisquées à l'époque nazie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Allemagne : découverte de près de 1 500 peintures confisquées à l'époque nazie
©

Butin de guerre

Allemagne : découverte de près de 1 500 peintures confisquées à l'époque nazie

Les autorités douanières allemandes ont retrouvé près de 1 500 toiles de maîtres dans un appartement de Munich. Elles appartenaient au fils de Hildebrand Gurlitt, un collectionneur.

"Le trésor des nazis", comme titre Focus, aurait en partie été retrouvé. L'hebdomadaire allemand révèle dans son édition du lundi 4 novembre que les autorités douanières ont mis la main, début 2011, sur près de 1 500 toiles de maîtres dans l'appartement d'un octogénaire à Munich. Une découverte volontairement gardée secrète par les autorités, jusqu'à aujourd'hui.

Parmi ce butin figurent entre autres des tableaux de Pablo Picasso, Henri Matisse, Marc Chagall, Emil Nolde, Max Liebermann. Des œuvres estimées dans l'ensemble à environ un milliard d'euros.

Ces peintures ont été confisquées puis revendues par le régime nazi ou par des Juifs sur le point de fuir les persécutions, et rachetées par le collectionneur allemand Hildebrand Gurlitt dans les années 1930 et 1940. Elles ont ensuite été conservées par son fils, Cornelius Gurlitt, dans une pièce dédiée de son appartement, à l'abri de la lumière. L'homme vivait reclus et n'avait jamais été inquiété par le fisc allemand, ni par la police.

Les toiles ont à nouveau été confisquées par les autorités douanières, sans que le propriétaire actuel n'oppose de résistance, affirme Focus. Près de 200 d'entre elles font l'objet d'une réclamation officielle, dont l'une émanant d'Anne Sinclair, patronne du Huffington Post. Son grand-père, Paul Rosenberg, avait dû abandonner un tableau de Matisse dans sa fuite de Paris durant la Deuxième Guerre mondiale, assure l'hebdomadaire allemand.

Lu sur Focus.de

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !