Allemagne : 18 femmes portent plainte contre des migrants pour agressions sexuelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Allemagne : 18 femmes portent plainte contre des migrants pour agressions sexuelles
©Reuters

Violences

Allemagne : 18 femmes portent plainte contre des migrants pour agressions sexuelles

Ces agressions surviennent alors que l'Allemagne avait été touchée par des violences en bande commises sur des femmes à Cologne durant la nuit de la Saint-Sylvestre .

La police de la ville allemande de Darmstadt a indiqué mardi 31 mai que 18 femmes ont porté plainte contre des demandeurs d'asile pakistanais pour des agressions sexuelles commises lors d'un festival de musique. 

Les autorités pensent que d'autres plaintes pourraient être prochainement déposées après avoir déjà reçu 18 plaintes de femmes affirmant avoir été agressées sexuellement dans la nuit de samedi à dimanche, pendant le festival de la ville. "Cela peut évoluer d'une minute à l'autre", a expliqué un porte-parole de la police.

Quelques heures après ces agressions, dans la nuit de samedi à dimanche, trois femmes se sont rapidement signalées auprès de policiers présents sur les lieux, permettant l'interpellation de trois demandeurs d'asile originaires du Pakistan, âgés de 28 à 31 ans. 

Depuis, quinze autres femmes, "majoritairement jeunes" se sont manifestées auprès des autorités. Ces agressions surviennent alors que l'Allemagne avait été touchée par des violences en bande commises sur des femmes à Cologne durant la nuit de la Saint-Sylvestre et attribuées par la police à des migrants d'Afrique du Nord.

>>>> À lire aussi : Les agressions du Nouvel an en Allemagne revues à la hausse : pour vraiment comprendre la nature de ces crimes d'un nouveau genre (et des débats qu'ils soulèvent)

Lu sur BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !