Algérie : un avion militaire s'écrase au nord du pays, 257 morts selon un bilan non-officiel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Algérie : un avion militaire s'écrase au nord du pays, 257 morts selon un bilan non-officiel
©Wikimedia Commons 3.0 / Adbar

Accident

Algérie : un avion militaire s'écrase au nord du pays, 257 morts selon un bilan non-officiel

Un avion militaire s'est écrasé ce mercredi 11 avril au matin à Boufarik, au nord de l'Algérie. Si l'avion transportait au moins 100 personnes, la télévision nationale algérienne évoque 257 morts, rapporte Ouest France.

C'est un crash dont le bilan humain est encore incertain. Ce mercredi matin, à Boufarik, dans le nord de l'Algérie, un avion militaire de type Iliouchine II-76, transportant au moins 100 personnes, s'est crashé peu après son décollage, relate Ouest France. Une triste nouvelle confirmée par le Ministère de la Défense algérien, mais il n'existe encore aucun bilan officiel.

26 membres du Front Polisario se trouvaient à bord

Si une source militaire citée par l'AFP indique qu'une centaine de personnes se trouvaient à bord de l'appareil, plusieurs médias locaux assurent que le nombre de victimes est bien supérieur à cela. La chaîne de télévision privée Ennahar évoque par exemple 247 morts, quand la télévision algérienne, elle, parle de 257 morts. La capacité de transports de l'appareil semble varier selon les versions.

Une fois arrivé sur les lieux, le chef d’État-major de l’Armée Nationale Populaire, Ahmed Gaïd Salah, a ordonné la désignation immédiate d'une commission d'enquête afin de déterminer les circonstances de l'accident. Selon un responsable du FLN, le parti au pouvoir, 26 membres du Front Polisario, qui lutte avec le Maroc pour le contrôle du Sahara occidental, ont également péri dans le crash.

Lu sur Ouest France

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !