Alerte obésité : les jeunes Français de 15 à 25 ans mangent n'importe quoi ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Alerte obésité : les jeunes Français de 15 à 25 ans mangent n'importe quoi !
©

Génération McDo

Alerte obésité : les jeunes Français de 15 à 25 ans mangent n'importe quoi !

Grignotage, repas sautés ou avalés en vitesse... Une enquête met en évidence, chez les 15-25 ans, le développement d'habitudes alimentaires favorisant l'obésité.

Une enquête Ipsos a passé au crible les habitudes alimentaires des 15-25 ans, une tranche d'âge qui représente 9 millions de personnes en France. Et les résultats sont plutôt inquiétants. Grignotage, repas sautés ou sur le pouce : les jeunes Français mangent mal. Or, les mauvaises habitudes alimentaires sont souvent synonyme d'obésité.

Plus d'un jeune sur deux (54%) affirme ne pas manger à heure fixe au moins un repas sur deux. Pire : ils sont 48% à "zapper" le petit-déjeuner au moins un matin sur deux. De manière générale, les jeunes Français consacrent peu de temps à leurs repas (en moyenne, (9 minutes pour le petit-déjeuner, 24 minutes pour le déjeuner, 27 minutes pour le dîner) et lui accordent peu d'importance. Ils sont ainsi 61% à manger leurs repas devant un écran, au moins une fois sur deux.

Facteur aggravant, la vie professionnelle contraint fréquemment 59% des jeunes à déjeuner sur le pouce, et 32% d'entre eux à sauter la pause déjeuner. Plus d'un sur trois reconnaît qu'en cas de stress, il lui arrive de grignoter toute la journée. Près d'un sur quatre (23%) boit "souvent" des sodas pendant les repas, contre seulement un sur six qui dit boire "très souvent" de l'eau. Au final, seuls 38% d'entre eux déclarent consommer quotidiennement des fruits et des légumes.

Des résultats qui ne sont pas vraiment étonnants quand on sait que l'alimentation n'est pas un poste de dépenses prioritaire chez les jeunes : plus d'un sur quatre est prêt à sacrifier la qualité et la quantité de son alimentation au profit de son habillement (31%) ou de la téléphonie mobile (25%).

Conséquence de ces mauvaises habitudes alimentaires : près d'un jeune sur cinq (19%), dans cette tranche d'âge, est en surpoids ou obèse. Parmi eux, trois sur dix n'en ont pas conscience puisqu'ils s'estiment minces ou de corpulence normale.

L'enquête confirme enfin la fracture sociale en matière de surpoids : la proportion de jeunes en surpoids ou obèses est de un sur dix dans les foyers les plus aisés - revenu net mensuel supérieur à 3 000 euros (10% des foyers) - alors qu'elle est d'un sur quatre parmi les foyers les plus modestes - revenu net mensuel inférieur à 1 250 euros (24% des foyers).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !