Alain Juppé adresse ses "amitiés" à Nicolas Sarkozy dans ces "moments difficiles" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Alain Juppé adresse ses "amitiés" à Nicolas Sarkozy dans ces "moments difficiles"
©Reuters

Soutien

Alain Juppé adresse ses "amitiés" à Nicolas Sarkozy dans ces "moments difficiles"

L’ancien Premier ministre a témoigné son soutien au patron des Républicains, après la mise en examen de ce dernier pour financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012.

Une sacrée épine dans le pied pour l'un, peut-être une aubaine pour les autres. Le président des Républicains Nicolas Sarkozy a été mis en examen mardi 16 février dans le cadre de l'affaire Bygmalion. Dans sa famille politique, ce coup de tonnerre a suscité des réactions contrastées. Si certains, comme Éric Ciotti ont dénoncé une forme d'acharnement, d'autres se sont montrés plus prudents.

Sur les réseaux sociaux, Alain Juppé, principal rival de l'ancien chef de l'Etat, lui a ainsi adressé ses "amitiés" dans ces "moments difficiles".

"Comme tout citoyen, Nicolas Sarkozy a droit à la présomption d'innocence" a d'abord tweeté le Premier ministre. "Nous devons naturellement respecter ce droit". Dans un autre tweet, il écrit : "Je souhaite pour nous tous que Nicolas Sarkozy fasse prévaloir son bon droit. Amitiés dans les moments difficiles".

A LIRE AUSSI  : Mis en examen dans l'affaire de ses comptes de campagne : Nicolas Sarkozy touché mais pas forcément coulé

Par ailleurs, selon des informations d'un journaliste du Figaro, un autre ténor du parti aurait du mal à cacher sa satisfaction : Jean-François Copé. Le député-maire de Meaux a réagi à la nouvelle en lançant un "no comment", dans un sourire, avant d'ajouter au sujet du président des Républicains : "Si j'avais été mis en examen, jamais je n'aurais pu me présenter à la primaire". 

Lu sur le Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !