Le revirement spectaculaire d'Alain Gibelin dans l'affaire Alexandre Benalla | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le revirement spectaculaire d'Alain Gibelin dans l'affaire Alexandre Benalla
©MIGUEL MEDINA / AFP

Rétropédalage

Le revirement spectaculaire d'Alain Gibelin dans l'affaire Alexandre Benalla

Alain Gibelin, le directeur de l'ordre public auprès de la préfecture de police, a adressé une lettre à la présidente LREM de la Commission des lois, Yaël Braun-Pivet. Dans cette missive, il a nuancé ses propos de la veille, lors de son audition.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Benalla, lié aux révélations de la journée de lundi, à l'issue des auditions dans le cadre de l'enquête parlementaire. Le directeur de l'ordre public et de la circulation auprès de la préfecture de police, Alain Gibelin, avait évoqué le fait que l'Elysée ait pu mentir sur la sanction infligée à Alexandre Benalla en mai dernier. 

Alors qu'il était sous serment, Alain Gibelin a affirmé que l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron avait participé à des réunions préparatoires concernant la sécurisation de différents déplacements présidentiels entre le 2 et le 18 mai. 

Selon des informations du Figaro et de France info, l'Elysée a démenti ces affirmations sur la présence d'Alexandre Benalla à des réunions lors de sa période de mise à pied. 

Selon plusieurs sources, Alain Gibelin a donc rédigé une lettre à l'attention de Yaël Braun-Pivet, la présidente de la Commission des lois. Elle préside également la commission d'enquête parlementaire qui se penche sur le cas de l'affaire Alexandre Benalla. 

Dans ce courrier, Alain Gibelin revient sur ses déclarations de la veille. Il indique qu'il a mal compris la question qui lui était posé. Il a précisé qu'il pensait que Marine Le Pen évoquait, dans sa question, les dates entre le 2 mai et le  18 juillet, et non entre le 2 mai et 18 mai. 

Ce courrier doit être envoyé dans la journée. 

Selon des informations du Figaro, Richard Ferrand, le patron des députés LREM, doit évoquer ce rétropédalage lors de la réunion de groupe, censée se tenir à huis clos, ce mardi matin à l'Assemblée nationale.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !