Al-Qaïda annonce la mort de David Drugeon, l'un des djihadistes français les plus recherchés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Al-Qaïda annonce la mort de David Drugeon, l'un des djihadistes français les plus recherchés
©Capture écran Twitter

Annonce non confirmée

Al-Qaïda annonce la mort de David Drugeon, l'un des djihadistes français les plus recherchés

Il aurait été tué à Alep lors d'une frappe au cours du dernier ramadan.

"Qu'Allah accepte le martyr d'Hamza, le Français." Sanafi Nasr, haut cadre d'al-Qaïda en Syrie, a annoncé cette nuit la mort de David Drugeon, l'un des djihadistes français les plus recherchés de la planète, avec sa photo postée sur le réseau social Twitter. Selon ce leader djihadiste saoudien, David Drugeon a été tué à l'ouest d'Alep, sans doute dans une frappe de la coalition pendant le dernier ramadan c'est à dire en juin ou en juillet.

Sanafi Nasr confirme que Drugeon, né en 1989, avait déjà été visé par un tir ciblé de la coalition dans la région d'Idleb en septembre dernier. Et de préciser que le Français, blessé, "il avait survécu miraculeusement survécu". Ce chef du Front al-Nosra confirme aussi que le Breton, né à Vannes et converti depuis ses 14 ans, était bien un expert en explosifs.

Le père du Français a explique à Ouest-France qu'il avait des doutes, notamment car cette annonce est faite un 11 septembre. De plus, Patrice Drugeon n'a aucune information et "aucune confirmation officiel de la mort de son fils". Il "oscille entre le doute et la douleur". Mais comme il tient à le préciser, "Je me suis blindé depuis son départ". Entre les annonces de sa mort et les démentis, Patrice Drugeon tient à rappeler que  "Même si il a pu faire des atrocités ou participer à des attentats, le "french bomber" comme les Américains l'appelle, ça reste ma chair".

David Thomson, journaliste pour RFI, notamment en Lybie, et auteur du livre "Les Français djihadistes", a relayé l'information sur Twitter :

 

Lu sur OuestFrance

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !