Air France : Laurent Berger (CFDT) dénonce l'attitude du syndicat majoritaire des pilotes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Air France : Laurent Berger (CFDT) dénonce l'attitude du syndicat majoritaire des pilotes
©wikipédia

Rififi syndical

Air France : Laurent Berger (CFDT) dénonce l'attitude du syndicat majoritaire des pilotes

Le SNPL, premier syndicat de pilotes à Air France, "prend tout le monde en otage", a-t-il dénoncé ce dimanche.

Alors qu'Air France a connu 11 journées de grève depuis fin février et que quatre autres sont prévues en mai, le mouvement des pilotes ne fait pas l'unanimité auprès des organisations syndicales. Invité du Grand rendez-vous Les Echos/CNews/Europe 1, le leader de la CFDT, Laurent Berger, a dénoncé l'attitude des pilotes. "On a un syndicat majoritaire de pilotes, qui s'appelle le SNPL, qui prend tout le monde en otage", a-t-il lancé.

Il craint que les demandes des pilotes, qui veulent une revalorisation de leur salaire, se fassent au détriment d'autres catégories de personnels. "Ca va se passer comment à la fin si on suit le SNPL ? Les pilotes, on va leur donner de quoi s'en sortir, et le personnel au sol, il trinquera. On aura des suppressions d'effectifs, on aura des réductions de personnel", a mis en garde Laurent Berger.

Il a appelé les salariés à accepter le projet d'accord salarial proposé par la direction, soumis à référendum. Il prévoit dès 2018 une augmentation des grilles salariales de 2%, puis 5% supplémentaires étalés sur trois ans, conditionnés aux résultats économiques de l'entreprise. "Nous disons aux salariés: il faut voter oui pour sortir de cette impasse", a dit Laurent Berger.

Très en verve, il a estimé que "le SNPL, suivi par d'autres organisations très contestataires, sont en train de bloquer cette compagnie, et sont en train de la mettre en grosse, grosse difficulté". Le président du SNPL, Philippe Evain, "se prend pour le lider maximo et veut emmener tous les personnels du sol avec lui. Ils n'ont pas intérêt à le suivre, parce que c'est eux (...) qui vont payer la facture à la fin".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !