Agression de NKM : l'agresseur présumé est maire d'une commune de l'Eure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Agression de NKM : l'agresseur présumé est maire d'une commune de l'Eure
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Enquête

Agression de NKM : l'agresseur présumé est maire d'une commune de l'Eure

Selon Le Point, l'homme a été placé en garde à vue pour violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public.

Mise à jour : Selon  France Bleu Normandie et franceinfo, l'agresseur s'appelle Vincent Debraize, maire (ex-UDI) de Champignolles, village de 41 habitants dans l'Euro.Il s'est présenté de lui même samedi matin à la police judiciaire de Paris, répondant à une convocation des enquêteurs.

 

La scène s'est déroulée ce jeudi matin sur un marché dans le Ve arrondissement. Alors qu'elle faisait campagne pour le deuxième tour des élections législatives, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate Les Républicains à Paris, a eu une altercation avec un passant avant de faire un malaise. 

Selon l'entourage de la responsable politique, cette dernière distribuait des tracts quand un homme les lui a pris, avant de la traiter de "bobo de merde", puis aurait tenté de lui donner un coup au visage. "C'est votre faute si on a Hidalgo aujourd'hui comme maire. Retournez dans l'Essonne !" aurait-il également lancé.

L'homme en question a été interpellé ce samedi matin, selon Le Point. Agé de 55 ans, il a été placé en garde à vue  à 8h30 pour violences volontaires sur personne chargée d'une mission de service public. Le parquet de Paris, qui a confirmé au Point ce placement en garde à vue, avait ouvert une enquête pour "violences volontaires", enquête confiée au 3e district de police judiciaire de la capitale.

Lu dans Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !