Meurtre de Clément Méric : quatre suspects, dont l'auteur présumé du coup fatal, ont été arrêtés selon Manuel Valls | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Meurtre de Clément Méric : quatre suspects, dont l'auteur présumé du coup fatal, ont été arrêtés selon Manuel Valls
©

Interpellations

Meurtre de Clément Méric : quatre suspects, dont l'auteur présumé du coup fatal, ont été arrêtés selon Manuel Valls

Jean-marc Ayrault a annoncé qu'il voulait "tailler en pièces" les mouvements d'extrême-droite.

L'agression extrêmement violente qui a eu lieu mercredi soir à Paris a connu un épilogue tragique : selon des sources policières citées par L'Express,  Clément Méric est décédé.

Plus tôt dans l'après-midi, Manuel Valls annonçait que plusieurs personnes avait été interpellées, dont l'auteur présumé du coup. Quatre personnes en tout ont été arrêtées. Manuel Valls a salué "le travail des enquêteurs du premier district de police judiciaire (de la préfecture de police de Paris), de la BRI [ndlr: brigade de recherche et d'intervention, l'antigang] et de la direction des renseignements de la préfecture de police sous l'autorité du procureur de la République".

Pour rappel, une vente privée de vêtements était organisée dans le quartier mercredi 5 juin. Vers 18h, trois jeunes gens "de type skinhead", dont une femme, sont arrivés sur les lieux et s'en sont pris un autre groupe de jeunes. Après des invectives et des bousculades, les skinheads, rejoints par "des renforts", auraient attendu devant le magasin, rapporte 20 Minutes. La victime a alors été frappée par l'un des agresseurs avec un poing américain. 

D'après le mouvement Action antifasciste Paris-Banlieue, Clément Méric, 19 ans, syndicaliste et militant anti-fasciste, était originaire de Brest et suivait des études à Sciences Po. L'agression extrêmement violente a entraîné de très nombreux commentaires dans la sphère politique et associative, à lire ici.

Jean-Marc Ayrault a annoncé, lors des questions d'actualité au Sénat jeudi après-midi, qu'il avait "demandé au ministre de l'Intérieur, [...] à la Garde des sceaux d'étudier toutes les possibilités qui permettront de tailler en pièces, en quelque sorte, de façon démocratique, sur la base du droit, ces mouvements d'inspiration fasciste et néo-nazie et qui font tort à la République".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !