Agressée sur un marché, NKM restera en observation à l'hôpital toute la nuit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Agressée sur un marché, NKM restera en observation à l'hôpital toute la nuit
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Violences

Agressée sur un marché, NKM restera en observation à l'hôpital toute la nuit

Alors qu'elle distribuait des tracts, un homme les lui a pris des mains et l'a notamment traité de "bobo de merde".

Mise à jour 21h50

La scène s'est déroulée ce jeudi matin sur un marché dans le Ve arrondissement. Alors qu'elle faisait campagne pour le deuxième tour des élections législatives, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate Les Républicains à Paris, a eu une altercation avec un passant avant de faire un malaise. 

La candidate, décrite par son entourage comme "très choquée", recevra simplement "la visite de ses enfants". NKM restera en observation toute la nuit, a-t-on encore indiqué, précisant qu'un rassemblement sera organisé vendredi à 18 heures, Place Maubert, pour lutter contre la violence.

Après avoir rendu visite à Nathalie Kosciusko-Morizet, ce jeudi à l'hôpital Cochin, le Premier ministre Edouard Philippe a évoqué son "mépris" pour les hommes qui s'attaquent physiquement aux femmes. 

Les informations ne sont pas encore définitives mais selon l'entourage de la responsable politique, cette dernière distribuait des tracts quand un homme les lui a pris, avant de la traiter de "bobo de merde", puis aurait tenté de lui donner un coup au visage. "C'est votre faute si on a Hidalgo aujourd'hui comme maire. Retournez dans l'Essonne !" aurait-il également lancé.

Déséquilibrée, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy a chuté au sol, restant inconsciente quelques minutes. Elle a été prise en charge par les pompiers et a repris connaissance, avant d'être transféré dans un hôpital. Entre temps, l'agresseur se serait enfui en courant vers la station de métro la plus proche.

Très vite, la candidate Les Républicains a reçu de nombreux message de soutiens, de gauche comme de droite.

 

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !