L'agence Moody's met la France sous surveillance | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'agence Moody's met la
France sous surveillance
©

Triple A

L'agence Moody's met la France sous surveillance

L'agence de notation va regarder de près les conditions financières françaises. Et n'écarte pas une dégradation d'ici trois mois.

L'agence de notation financière Moody's donne trois mois à la France pour faire ses preuves financières. Récemment encore, l'agence d'évaluation avait confirmé à la France son Aaa, la meilleure note financière qui permet à un pays d'emprunter à taux intéressant sur les marchés financiers. Mais dans son communiqué, Moody's estime que les marges budgétaires françaises se sont réduites, "comme c'est le cas aussi pour d'autres pays de la zone euro".

Conséquence : au cours des trois prochains mois, l'agence va surveiller et évaluer la stabilité de la note financière de la France, "au regard des progrès effectués par le gouvernement pour mettre en œuvre" les mesures de réduction du déficit budgétaire.

Dans son communiqué, Moody's relève que la solidité financière du gouvernement français, certes encore très élevée, "s'est affaiblie, comme c'est aussi le cas pour d'autres pays de la zone euro, car la crise économique et financière dans le monde a conduit à une détérioration de ses ratios d'endettement, qui sont désormais parmi les plus faibles des pays notés Aaa".

Si pour l'instant, une dégradation de la note de la France n'est pas à l'ordre du jour, l'agence de notation laisse entrevoir cette possibilité si les finances ne se consolidaient pas d'ici trois mois.

Les notes des agences de notation évaluent la santé financières des économies et fixent ainsi les conditions de prêts sur les marchés. Plus une note est élevée (Aaa par exemple), plus un État peut emprunter à des taux favorables.

Lu sur Lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !