Des incitations financières pour rester séronégatif | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des incitations financières
pour rester séronégatif
©

La carotte

Des incitations financières pour rester séronégatif

400 dollars pour les adolescents non contaminés par le VIH ? C'est la piste controversée explorée par l'Afrique du Sud.

Est-ce que les incitations financières peuvent avoir des conséquences sur les contaminations par le virus du sida ? C'est la piste explorée par des scientifiques d'Afrique du Sud, un pays qui concentre pas moins de 17 % des séropositifs dans le monde. Nature explique que les jeunes filles constituent une population particulièrement menacée, ces dernières ayant l'habitude de monnayer des actes sexuels contre de l'argent ou des cadeaux à cause de la pauvreté. A l'âge de 20 ans, près de 16 % d'entre elles sont déjà séropositives.

En septembre dernier, des scientifiques ont donc mis en place le protocole suivant dans 13 écoles. Les élèves de 7 établissements recevront l'équivalent de 300 euros s'ils sont toujours séronégatifs 18 mois plus tard. Les élèves des autres écoles seront utilisés comme éléments de comparaison. 

Le dispositif est original, dans le sens où il concerne autant les garçons que les filles, alors que ces dernières sont traditionnellement beaucoup plus ciblées que les garçons dans les campagnes de prévention. 

Mais le projet est critiqué par l'une des anciennes responsables du programme ONUSIDA, Elizabeth Pisani :

"Les filles d'Afrique du Sud ont des relations sexuelles pour les mêmes raisons que toutes les autres filles : parce qu'elles en rêvent, parce que le sexe est un plaisir, parce que cela les fait se sentir adultes, ou désirables, ou cool. Est-ce que l'argent les rendra plus prudentes, les fera utiliser des préservatifs plus souvent ? Si oui, il y a de bonnes chances qu'ils disparaissent en même temps que les incitations financières."

Lu sur Nature

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !