Affaire Tapie : l'homme d'affaires dément toute intervention d'Eric Woerth, qui ne commente pas l'information | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Affaire Tapie : l'homme d'affaires dément toute intervention d'Eric Woerth, qui ne commente pas l'information
©

Soupçons

Affaire Tapie : l'homme d'affaires dément toute intervention d'Eric Woerth, qui ne commente pas l'information

Selon lui, "les discussions n'ont pas eu lieu avec Eric Woerth mais avec l'administration fiscale".

Bernard Tapie dément. Alors que Libération affirme que l'homme d'affaires aurait bénéficié "d'une ristourne fiscale de 54 à 83 millions d'euros" accordée par Eric Woerth sur l'argent de l'arbitrage qu'il a perçu, ce dernier répond que "tout est absolument faux". L'ancien ministre de François Mitterrand indique même avoir dû donner "7 millions de trop" au fisc français.

Selon lui, "les discussions n'ont pas eu lieu avec Eric Woerth mais avec l'administration fiscale. Et je n'avais de toute façon pas la parole, puisque j'étais en liquidation". Libération annonce pourtant que l'ancien ministre du Budget avait accordé la fameuse ristourne contre l'avis du fisc.

Selon le quotidien, deux projets d'imposition auraient été soumis à Eric Woerth. Le premier, de 94 millions d'euros, appliquait le principe d'une taxation à 33,33 %, et le second, de 65 millions d'euros. C'est là que le ministre aurait effectué des "coupes" jusqu'à parvenir à la somme de 11,2 millions d'euros, bien éloignée des deux projets qui lui ont été soumis. L'enquête de la justice concernant la validité de l'arbitrage dont a profité Bernard Tapie est encore en cours.

Ce vendredi, Eric Woerth n'a pas souhaité commenter cette information. "Un sujet après l'autre, non?", a dit aux journalistes l'ex-ministre. "Moi je vous invite à ne pas confondre l'information à la chasse à l'homme. Chaque chose en son temps", a affirmé Jean-Yves Le Borgne, son avocat d'Eric Woerth.

Lu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !